La question de l'énergie nucléaire est au coeur du débat énergétique depuis la catastrophe de Fukushima, suivie de la décision du Conseil Fédéral d'abandonner l'exploitation de cette énergie à l'horizon 2050.

Or, à quelques kilomètres de notre ville, se trouve la centrale de Mühleberg, dont la mise en service date de 1972. Celle-ci est arrivée à la fin de sa vie et aurait dû, en toute bonne logique, être fermée après 40 ans d'exploitation. Les éléments publiés des rapports de sécurité allaient dans le même sens, mais un recours des FMB - exploitant la centrale - et du DETEC ont reporté cette fermeture. Nous sommes donc dans une situation que l'on pourrait comparer à une voiture ayant roulé durant 40 ans et qui, n'ayant pas passé sa dernière expertise, serait tout de même autorisée à circuler. Le danger est évident. Si nous remplaçons la voiture par une centrale nucléaire, l'ampleur du risque fait froid dans le dos. C'est pour cette question primordiale de sécurité de la population que nous avons demandé, avec nos alliés de PVS, que la Ville adhère à l'association "Mühleberg illimité non", qui se bat contre l'extension d'exploitation accordée à la centrale. Nous espérions que ce souci de sécurité serait partagé par l'autre bord de notre conseil, mais hélas le PLR ne l'a pas entendu de la même oreille, ne voulant s'immiscer dans le débat énergétique national, quand bien même la plus vieille centrale nucléaire de Suisse n'est qu'à 25km de notre ville...

Matthieu Béguelin